Err

Champagne Delamotte Blanc de Blancs Millésime 2008

Champagne Delamotte Blanc de Blancs Millésime 2008

Maison de Champagne Delamotte
(Code: 001478-75cl-Unite)
En Stock
LE MILLÉSIME
Oui, l’hiver a été doux, mais le printemps, froid et pluvieux, exagère, avec un début juin glacial, alors qu’a débuté la floraison qui décide de l’avenir, donc des vins. On craint les accidents de coulure et de millerandage, redoutables maladies de la vigne. Les vignerons attendent… et le ciel est avec eux. Juin bascule dans sa vraie nature d’approche de l’été, la nouaison est de bon augure : les raisins seront de belle taille et l’on peut prévoir la date de la vendange, confirmée par un mois d’août superbe, un début septembre encore un peu gris. Mais non, le chardonnay prospère, montant en puissance jusqu'au jour de la cueillette à la mi-septembre, sur la Côte des Blancs dans toute sa gloire, l’assurance d’une année exceptionnelle, 2008. Le début d’une attente qui sera longue.
Contenant :
53,80 EUR
1800g

03 26 32 05 37 Dim./jeu. 10-20h ven./sam. 10-21h

VINIFICATION
Les jus du Mesnil-sur-Oger (20 %, acidité nette, pureté, minéralité crayeuse, salin et salivant, longiligne), Avize (20 %, équilibre et structure), Oger (20 %, chaleur, ampleur, générosité, présence du fruit), enfin Cramant (minéralité aux notes fumées), Chouilly (charpente, longueur) et Oiry (acidité et rondeur), forment un sextuor d’excellence, transcendé dans le Delamotte Blanc de blancs 2008, vieilli sur lies pendant neuf longues années, qui ne sont rien à côté du pouvoir de ce vin, riche, concentré, mais aérien, généreux dans sa suprême élégance de vin de garde. Dégorgé au troisième trimestre
2017, on le déguste enfin, et c’est comme une fête à Versailles, dans la galerie des Glaces, en 2018.
CÉPAGES
Chardonnay : 100%
SERVICE
Nos vins doivent être servis frais mais non pas froids (autour de 12°C) et la dégustation  sera optimisée par l’utilisation d’un verre à vin élégant plus adapté qu’une flûte, trop étroite.
DÉGUSTATION
Vaut-il mieux déguster ce vin debout ou assis ? C’est un choc : il est percutant. Normal, c’est un monstre comme on les adore, parce qu’ils bousculent le quotidien et créent la splendeur et la grâce. Il est pâle comme une aube d’été, dans le verre, la lumière en jaillit. Au nez, il est franc, pur, droit, profond, un grand caractère. En bouche, il est précis, sa minéralité tendue, asséchante, fait saliver, alliance des contraires, toujours le baroque. Et il
délivre enfin des arômes gourmands de brioche sortant du four, autrement dit, il câline après avoir fouetté. Il promet, ce monstre !
ACCORDS METS-VINS
Il faut offrir à ce vin puissant, concentré, des mets à la hauteur, voluptueux, riches de goût. Aussitôt, on dit truffe, celle d’une poularde demi-deuil à la mousseline truffée, mais aussi, en toute simplicité, d’un camembert ou d’un brie à la truffe. Une sole meunière aussi ferait l’affaire, un turbot rôti, une épaule d’agneau dorée. Pourquoi pas un velouté de cèpes en cocotte lutée ? Et filer ainsi jusqu'à la pièce montée !